Hospitalidée

HOPITAL LARIBOISIERE PARIS (AP-HP) (PARIS)

2 Rue AMBROISE PARE - 75475 Paris | 0149956565
2.81/5643 avis
Donner un avis

Spécialité • Gastro-entérologie et hépatologie (tube digestif et foie)

Descriptif rédigé par l'établissement

41e
dans le Palmarès 2019 du magazine Palmarès le Point
(et 44e dans le palmarès 2018)
Infos et indicateurs clés
23
Nombre annuel de séjours
5.9
Durée moyenne de séjour (en jours)
50
Age moyen des patients (en années)
source : Ministre de la santé - scopsante
HOPITAL BEAUJON PARIS (AP-HP)
En Gastro-entérologie et hépatologie (tube digestif et foie), autour de vous :
HOPITAL BEAUJON PARIS (AP-HP) est recommandé par les patients.
Excellent
0 %
Très bon
0 %
Moyen
0 %
Médiocre
0 %
Horrible
100 %

Les derniers avis de patients sur cette spécialité

Filtrer

Avis

Notes

patient photo
benzi75
Passion et professionnalisme morts
Une infirmière vraiment compétente dans ... afficherce marasme de gens n'éprouvant plus aucune empathie pour leurs patients. Une Chef de Service à l'écoute et qui m'a promis de rectifier le tir en recadrant son personnel.
Les Urgences : Avec que des internes de ... afficher20 ans qui se racontent des blagues de cul la porte ouverte sur la salle d'attente de gens en souffrance (bruit inopportun, les blagues vulgaires ne me dérangent pas personnellement). L'attente pour mon diagnostic d'une analyse urinaire qu'on ne m'a jamais fait passer avant que mon frère, qui m'accompagnait, le fasse remarquer. Après une auscultation dans une pièce dédiée, je me retrouve seul pendant près d'une heure au calme certes mais sans couvertures pour me tenir chaud. C'est un ami qui était venu me voir qui m'a trouvé des couvertures alors qu'il n'avait normalement aucun droit d'être dans ces locaux! Diagnostic tombé vers 4h du matin (arrivé vers minuit) puis prise en charge dans le service spécifique vers 6h-7h du matin : on a le temps de crever en paix. J'avais une occlusion intestinale due à une bride (appendicectomie à l'âge de 8 ans). Service Chirurgie Intestinale : Chambre avec 2 lits, je suis seul au début du séjour. Un internet se prenant pour un médecin aguerri tente de me poser une sonde naseau-gastrique de 18 mm dans le nez. Pas de vaseline, aucune technique pour que la sonde passe facilement dans le nez et dans l'estomac. La première tentative se solde par des saignements de nez soutenus (alors que je ne saigne pas du nez facilement, il a réussi à toucher les vaisseaux qu'il faut pour!) et une gorge irritée jusqu'au larynx vu qu'il s'est trompé de voie. La seconde tentative est une sonde de 16 mm qui se solde par le même échec. La troisième est la bonne car un infirmier réellement professionnel réussi à m'insérer la sonde dans le nez en m'ayant fait passer un gel lubrifiant et anesthésiant dans le nez avec une sonde de 12 mm, en douceur et avec une technique simple qui consiste à me faire pencher la tête en avant pendant que je bois un verre d'eau pendant qu'il passe la sonde dans l’œsophage. Je n'ai plus revu cet interne prétentieux par la suite. Mis à part cet infirmier et 2 médecins (une internet et le médecin en chef), personne ne se présente et de ce fait, on voit une dizaine de personnes pendant l'hospitalisation dont on ne connait pas le nom et la formation, on est dans le flou tout le temps. Idéal pour savoir à qui poser les questions d'ordre administratif ou médical. Première nuit épouvantable et les infirmières de nuit ne font rien pour m'aider. Dès que je sonne, on tente de se débarrasser de ma souffrance par un médicament. Mes douleurs au ventre continuent et j'appelle à nouveau à l'aide. On me dit qu'ils ne savent pas quoi faire et ma fièvre est telle que je demande à ce qu'on m'ouvre la fenêtre en plein hiver. L'infirmière le fait mais ne semble pas s'alarmer plus que ça de mon cas. La troisième fois que j'appelle, l'arrivée est plus lente alors que j'ai besoin de vomir. L'infirmière me donne un haricot ridiculement minuscule; je vomis en quantité, le réceptacle ne suffit pas. L'infirmière se barre sans me dire qu'elle revient, me laissant 5 bonnes minutes seul dans mon vomis. On s'occupera finalement de moi mais avec une nonchalance incroyable. Le matin, on ne m'aide pas à me laver, on me propose juste de me lever et d'aller dans les WC pour faire ma toilette. Peu importe mon état d'épuisement, la sonde et le cathérer et les poches qui suivent qui rendent la toilette acrobatique. Le second soir fut folklorique car j'ai eu un voisin pour la nuit. Le pauvre homme ne savait pas ce qu'on allait faire de lui, attendait une opération. Le personnel médical, les infirmiers de nuit en tête, fut bruyant dans tous les termes. Il était 21h, je dormais (toujours épuisé par l'occlusion) lorsqu'ils ont débarqué avec le patient, m'effrayant par la même et me réveillant très brusquement. On me demande ce que j'ai, comme une moquerie. Un balai de personnes entrant et sortant alors que l'autre patient n'avait rien d'urgent. Les infirmiers discutent, demandent au patient s'il veut se raser le pubis lui-même alors qu'il est complétement à l'ouest, un infirmier prend ma tension et chantonne ensuite assis sur une chaise pendant qu'il note mes résultats...Normal, n'est-ce pas? Le lendemain matin, on ne s'occupe pas de moi mais juste du patient en face. Personne ne me propose de me lever pour me laver et ne me demande de me lever au moins pour changer les draps. Pas même un petit déjeuner, on demande à l'autre patient ce qu'il souhaite, moi, rien. Lorsque je me fâche enfin du peu de cas qu'on fait de moi, aucune excuse probante, j'ai même droit à une infirmière trop occupée qui s'en va pendant que je lui fais part de mon mécontentement sans me dire qu'elle revient car elle voulait terminer une autre chose avant de m'écouter. Habituellement, on s'excuse, on demande congé et on revient, là non, elle se barre sans rien dire, j'ai l'air d'un vrai con, c'est désarmant et mal poli. On a retiré ma sonde naseau-gastrique dès le 2ème jour. J'ai été gardé dans cette chambre pendant 5 jours au total, pour rester en observation. Je me suis senti perdu et pas bien pris en charge du début à la fin ne soutirant des informations que via du personnel qualifié (soit 3 personnes en tout pour plus d'une dizaine d'intervenant) et souvent grâce à mon frère qui est venu tous les jours me voir et s'enquérir de mon état et de mon suivi médical. A aucun moment, je n'ai été opéré mais on m'a gardé dans le Service de Chirurgie Intestinale. En sortant de l'hôpital, comme j'étais sans mutuelle (périodes de chômage et boulots précaires donc pas de mutuelle obligatoire et pas les moyens de m’en offrir une à l’époque), je me retrouve avec 1 386 € de facture ! Les frais sont liés au fait que j’étais dans un lit dans un service chirurgical. Évitez à tout prix cet hôpital mal géré, au personnel complétement démotivé et sans plus aucun sacerdoce pour leurs métiers, traitant les patients comme des choses et non comme des êtres humains !
1/5
Avis publié : 11/09/2015